• Accueil
  • > Le Liban
  • > Que m’importent les problèmes, mon amour puisque tu m’aimes…

Que m’importent les problèmes, mon amour puisque tu m’aimes…

Ça y est, l’heure fatidique du départ est arrivé. Et c’est le cœur plein de larmes que je quitte ma tendre amie Safâa-au-cœur-d’or et mon bien-aimé Roy.

J’ai eu droit aux au revoirs émus, aux je t’aime sincères, aux larmes pleines de pudeur, les plus belles larmes que j’aie jamais vues et même aux feux d’artifices enfantins et éblouissants à la fois. Le soleil s’est couché là où la première fois je l’avais vu se lever. Comme la fin d’une longue journée qui paraît pourtant si courte, la fin d’un doux rêve duquel je ne voulais pas me réveiller, mais qui me laisse quand même, au fond de moi-même le goût sucré d’un amour d’une beauté infinie et indéfinissable.

Les larmes de ma tristesse se mêlent à mes larmes de joie, joie d’avoir trouvé tant d’amour, là dans ce pays marqué par les guerres et la haine. Ces enfants d’une terre qui n’a pas connu la paix savent aimer comme aucun d’entre nous, petits chanceux que nous sommes, ne savent le faire. Et si c’est les poches vides que je rentre aujourd’hui, j’ai pourtant en moi un trésor bien plus grand. J’emmène avec moi deux cœurs, deux pierres précieuses d’une valeur inestimable qui m’éclairent de leur puissante lumière.

 

Je t’aime ma douce Safâa, la Reine de moustiques!

Je t’aime mon Cœur, mon Amour, mon Roy, mon grand ours à la force herculéenne et au cœur si tendre et si doux. Mon cœur pleure d’amour pour vous.

Commentaires:

Une Réponse à “Que m’importent les problèmes, mon amour puisque tu m’aimes…”

  1. Ness
    Ness écrit:

    Waouw je vais pleurer a mon tour tellement c’est trop beau ce que tu ecris Titch

Laisser un commentaire

«